Posted in Agir dans la complexité

Vous vous souvenez ?

Vous vous souvenez ? Posted on août 23, 2020Leave a comment
Informaticien, décolonial, spinoziste, auteur de SF. Réunion, Lyon, 93 Déraciné, enseveli, baladé, agi. La vie étant ce qu'elle est, le pessimisme est impossible.

Novembre 2019 : la manifestation contre l’islamophobie, la casse de l’assurance chômage mise en place, l’immolation d’un étudiant devant le CROUS de Lyon, de nouvelles accusation de viol contre Polanski, la manifestation contre les violences faites aux femmes, et bien d’autres joyeusetés.

Décembre 2019 : début de la grève contre la casse des retraites.

Janvier 2020 : continuation de la grève contre la démolition des retraites.

Février 2020 : continuation de la grève contre la casse sociale, Polanski est récompensé aux Césars.

Mars 2020 : 49.3 pour taire les débats sur les retraites et confinement.

Vous l’avez observé comme moi cette séquence de notre vie à tous. On ne l’a pas vécu de la même façon, ça c’est évident, nous avons tous nos façons de prendre les choses, et je ne parle même pas des déconvenues personnelles qui auraient pu nous accaparer ailleurs. Cette séquence m’a marqué, agité, animé, déprimé, énervé et aujourd’hui les cicatrices sont là, horribles, mais je n’y pense qu’à peine. Est-ce que les nouveaux motifs de revendication ont recouvert les anciens ? 

Pas du tout. 

Pourtant le piège est bien là. Les événements se succèdent et nous courons après, en bandant les muscles et les nerfs. Pourtant la riposte est impérieuse, il s’agit de nos vies – à soi, aux autres, à nous. Nous ripostons et en face, la machine est énorme. Saisis par l’urgence, nous opposons nos corps en face de structures colossales. La tragédie tient à l’asymétrie des forces en présence et qu’on ne pense pas comme telle. Combien, Ô combien luttent et se consument jusqu’à la moelle dans l’espoir de bouger ce colosse ; jusqu’à même solliciter l’âme charitable de quiconque de ses assidus serviteurs. 

Le dire serait une accusation ? Une complainte ? ne serait que littérature ? Le dire est le premier pas dans la reconquête de ses forces propres, pour ensuite frapper plus fort. 

La Gauche lorsqu’elle se prend pour la Droite, a déjà perdue. La Gauche lorsqu’elle pense la bataille comme libre et non faussée, a déjà perdu. Lorsque le vent souffle contre soi, on peut toujours se la raconter à coups d’égalité des chances, l’équipe en face va nous rouler dessus. Et puis… « égalité des chances » ça se contredit dans les termes – le « hasard identique » ? l' »égale aléatoire » ? le « même droit d’avoir des droits dissemblables » ? 

Le vent souffle déjà dans un sens et le dire n’est pas une résignation. 

C’est le premier pas dans l’élaboration d’une stratégie. Il ne s’agit ni de se battre contre Macron ou ni même contre la caste bourgeoise. Il s’agit de se battre contre un monde dont la bourgeoisie a été l’architecte patient, et depuis des lustres. Et oui, pour changer ce monde il faudra au moins passer sur Macron et sa caste. Au MOINS. Et le dire n’est en rien une incitation à ranger les armes au vu d’une tâche trop grande. 

Le dire est une invitation à ancrer que la bataille est rude – très rude – et que ce qu’on pense être des échecs, n’en sont pas. 

Ici la Gauche, à vous la régi.

PS : Le prolongement à la période Covid s’effectue tout naturellement : la maladie tue, en effet, et qu’en est-il de la gestion sanitaire ? de la politique anti-sociale ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *